[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Web Creator] [LMSOFT]
Parrainage d'Enfants en France

Catherine Enjolet préside Parrrains par' Mille, O.N.G qu'elle a fondée en 1990.


Elle développe son concept Les liens du sens grâce à ses livres, ses conférences, son engagement sur le terrain partout en France et bientôt en Europe.
l'Humanitaire
Biographie par Gilbert Cotteau
Fondateur des Villages d'Enfants SOS
Si "transformer le malheur en épreuve" caractérise le processus de résilience selon la définition de Catherine Enjolet, nul doute qu'elle en est l'exemple même. C'est ce pouvoir d'alchimie au quotidien dont elle transmet le secret. Son enfance, sa vie personnelle et professionnelle, sa création littéraire comme son engagement; tout converge vers un parcours qui prend naturellement sens et apparaît à tous ceux et celles qui suivent son sillage, comme une évidence.

Dès son premier roman salué par la critique, des personnalités ne s'y sont pas trompé en rendant hommage à son talent comme l'académicien Jean-Denis Bredin ou l'éthnologue Boris Cyrulnik qui préfacera ensuite ses essais et parrainera son action nationale. Catherine Enjolet est née à Paris, elle a grandie dans une famille précarisée par les accidents de la vie, elle apprend à survivre aux blessures et aux traumatismes de l'enfance abusée. "J'ai l'habitude de mourir, c'est la vie." sont les premiers mots de Princesse d'Ailleurs, roman autobiographique qui fait le récit de son parcours d'enfant résiliente. Elle choisit de parler à la première personne pour tous les enfants qui ne peuvent pas. "Chaque fois que quelqu'un commence à parler, c'est le silence de tous qui recule" confirme-t-elle dans En danger de silence.

C'est en autodidacte qu'elle étudie par cours du soir pour salariés ou par correspondance pour rattraper les études secondaires auxquelles elle n'a pas accès et parvenir aux examens et concours qui lui permettront l'entrée à l'université puis à l'Ecole Normale. Devenue professeur par des chemins de traverse, à vingt trois ans, elle commence ses expériences pédagogiques aux Etats Unis, comme Teachnig Assistante dans l'état du Delaware.

Elle se spécialise en Lettres Modernes et en Etudes cinématographiques. Sa thèse sur Les relations de la littérature et de l'audiovisuel en France est remarquée par l'INA. Titularisée dans le secondaire à son retrour en France, elle enseigne très vite en parallèle l'écriture de scénario. Ses premiers essais de réalisatrice sont d'emblée couronnés par le Prix du Jeune Cinema Français et l'INA la nomme Chargée de mission en 1983.
Chargée de cours Expression-communication et Culture Générale à la Sorbonne et à l'Université Jussieu, celle qui a choisi la vocation de Professeur de l'Etre ne se consacre pas moins à ses élèves du secondaire et, face à de trop nombreux enfants et adolescents désignés dès le plus jeune âge à rejoindre le rang des exclus, il lui faut agir. Rien de pire que l'inhibition. Pour Poussin qui se noie sous les lumières institutionnelles du système scolaire, pour Angélica retirée brutalement à sa famille et tous les autres qui lui renvoient le miroir de sa propre enfance, il faut innover. De toute urgence. Si elle mesure l'ampleur des détresses, elle perçoit aussi le formidable potentiel de solidarité...

En 1990, elle décide de profiter de la promotion médiatique de son premier prix littéraire pour transmettre ses convictions. Le parrainage se répand dès lors comme une trainée de poudre et est officiellement lancé par une rencontre télévisée avec le Ministre de la Famille. L'association reçoit le Prix Radio France. Agrée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Parrains par Mille, permet à tous celles et ceux - par milliers - qui ont envie d'agir, de faire "quelque chose", de créer des liens avec un enfant ou un jeune qui a besoin d'eux.
Ses slogans, malgré la réticence générale des décideurs et des institutions, sont lancés :

- Tout près de chez vous, un enfant a besoin de vous.
- Parrainez un enfant du bout ... de la rue.
- Merci de vous mêler de ce qui ne vous regarde pas.
- Des liens pour chacun.

Mère, tutrice, marraine, Catherine Enjolet, seule fille d'une fratrie, a été confrontée, dès le plus jeune âge, aux responsabilités vitales à assumer. Sans moyens, elle tisse, pourtant, très vite, un réseau de bénévoles comme elle, élargi en France et cautionné par un Comité d'honneur :

Benoite Groult, Boris Cyrunik, Jean d'Ormesson, Hubert Reeves, Albertt Jacqard, Yves Duteil, Maxime Leforestier, Jacques Salomé, Christiane Collange.

L'expérience est très vite sollicitée par l'Europe et au Québec. Une des ses citations est reprise pour une campagne humanitaire "ceux qui ne savent pas donner ne savent pas ce qu'ils perdent"... Si des lettres de félicitations lui parviennent des plus hautes personnalités officielles, celles qu'elle reçoit des lecteurs, des enfants, des familles et de tous ceux et celles rejoignant, toujours plus nombreux son action confortent, jour après jour, sa détermination."La bonne fée des enfants maltraités" titrait l'express en 1997, "la Zola de l'an deux mille" écrivaient les lectrices du prix de Elle qui sélectionnaient son autobiographie. Son engagement s'écrit en forme de triptyque; raconter, dénoncer puis proposer avec Les liens du Sens. Jurée de plusieurs prix littéraires, si elle publie régulièrement de nouveaux livres, elle intervvient parallèlement dans des débats, colloques ou formation; littérature et engagement même combat en faveur de ses liens du sens concept de son dernier livre qu'elle développe naturellement, nourri de son histoire comme de son action, et déjà largement repris, "Celle qui entrait en littérature par la grande porte" (Paul Guimard) avec son roman Rousse comme personne, n'a pas fini d'engager sa plume pour la cause des enfants.